J'attends---------------- 25.10.2008 -----

Ma tristesse râle, ère sournoise, comme des vautours au dessus de leur proie.
Elle m’inonde, pendant que les leurres sont aux aboies.
Mais je ne sanglote pas, non, … Je cours tête baissée, quitte à m’assommer.
Mon ardoise quant à elle, s’allonge sur le dit vent de mes désirs.
Un air de déjà-vu noue la gorge, mais en vain ne m’ébranle.

C’est mathématique, de la cause à effet à rythme éthique,
Me voilà en travaux, surmoi.
Distance psychique, lâcher prise, estime de soit.
La liberté d’indépendance,
Quand on est soumise au syndrome de la validation.

Pendant que les étoiles filent, brûlent mon épiderme sang cible.
Et que mon cœur de gaudriole s’émeut, s’entiche de sottises.
J’encaisse les ecchymoses, et me relève encore alitant à l’utopie.

J’attends stoïque, sachant très exactement ce qui m’attends.  
J’attends, arborant un faux-semblant, mieux que jamais.
Que tu te réveilles de ce cauchemar qui nous empoigne.
Que tes yeux accablés dénichent la perle rare que je cache.
Je voudrais que tu te sois trompé, juste un moment.
Et moi aussi.

Mon inconscient s’octroie des rêves de mômes.
Ai-je mal ? Difficile à dire.
Comme ci tout ça, n’était qu’un recommencement.

retour news