« Grandiloquente conception ou l’affection du style »--29.07.2009
--------------------

Essoufflée sans facéties ni frontières, j’accours assassine coute que coute, les sens surexposés au sublime. Plaçant avec délicatesse ce sang pourpre sur mes pores dilatées surexposées. Transpire, respire et saisi le râle au vol, l’empire, les restes,sensible carcasse. Sauçant ma face de chiffe molle désossée telle une combattante du destin. Si seyant, découpe mes courbes de femme en savant assortiment sauvage. Quand le doute en goutte à goute, dégouline et sans cesse, s’acoquine de cette liesse. Vivre à couper le souffle, ces facettes si folles, défaillent dans l’arrogante ferveur. Rompre et tailler le vif, trancher dans le lard à grand coup de hache. J’aspire, me sentir vivante. Vibrante au moindre à-coup. Acculer les points de suture, tant qu’il y aura de l’espoir…

 

 

 

retour news